Thursday, October 21, 2021
spot_img
HomeInterviewLauréat du Queen’s Young Leaders: Award Yaaseen Edoo raconte son parcours

Lauréat du Queen’s Young Leaders: Award Yaaseen Edoo raconte son parcours

 

Yaaseen Edoo, récipiendaire de la toute première édition du Queen’s Young Leaders Award, est un jeune mauricien qui ne se laisse pas découragé par son handicap physique. Il nous raconte son parcours afin d’inspirer les autres.

 

Je suis Mohammad Yaaseen Edoo. Depuis ma naissance, je souffre de la ‘spina bifida’, une malformation de la colonne vertébrale qui affecte la colonne vertébrale et le système nerveux.

Je n’ai jamais fréquenté l’école primaire dans ma vie. Je suis resté à la maison avec ma mère. Pendant ce temps-là, je ne pouvais pas lire et écrire. Puis un jour, un intérêt à lire surgit dans mon esprit. Donc, je regardais la télévision et essayais de lire la programmation de la MBC après le Journal Télévisé de 19 hr30. De là, je déchiffrai les mots jusqu’à ce que je pouvais lire et écrire. Journaux et dictionnaire étaient deux outils dont je ne me suis jamais séparé. A tel point que je connaissais pratiquement toutes les capitales du monde par cœur.

Des officiers de la Community Based Rehabilitation (C.B.R) du ministère de la santé m’a rendu visite à la maison pour voir ce qu’ils peuvent faire pour moi. Ils ont dit que je devrais être inscrit dans une école spécialisée pour les enfants en situation d’handicap. Comme j’avais 12 ans, je me suis donc inscrit à la Training and Employment of Disabled Persons Board (T.E.D.P.B) en 1999 à Calebasses. Là bas, j’ai rencontré un enseignant du primaire M. Rishi Bundoo qui avait été recruté pour travailler avec des étudiants comme moi. Tout en travaillant avec lui, il remarqua mon intérêt et mon potentiel pour apprendre plus et en même temps j’ai surpassé tous mes camarades de classe dans les tests d’évaluation et des examens. Il a parlé de mon potentiel au directeur général de l’époque, M. Ajay Thacoor. Les deux ont alors décidé de faire quelque chose pour moi, et j’ai pu participer aux examens de fin de cycle primaire (CPE). Ils ont fait les arrangements nécessaires avec le Mauritius Examinations Syndicate (MES). Malheureusement, il était trop tard en 2000. La date limite d’inscription a été dépassée. En 2001, M. Rishi Bundoo quitte le TEDPB pour se joindre à l’école primaire. Il a ensuite décidé de venir chez moi une fois par semaine pendant neuf mois pour m’aider avec les leçons particulières sur une base volontaire. Je pris part aux examens du CPE dans la même année 2001 et j’ai réussi brillamment.

Parcours académique

De 2002 à 2008, j’ai poursuivi mes études au collège Hassen Raffa SSS à Bois Pignolet Terre-Rouge où j’ai terminé mon School Certificate et Higher School Certificate avec brio. Au cours de mes années passé au collège, j’ai reçu un soutien extraordinaire de mes professeurs, mes amis et le personnel non-enseignant. Pour mon déplacement sur fauteuil roulant, le recteur M. Ramanah en collaboration avec le CBR ont fait le nécessaire avec la construction des rampes entre les différentes salles de classes.

Toutes mes classes été au rez de chaussée tandis que la classe pratique de l’informatique se faisait dans le bureau administratif. Mes années passées au collège étaient le meilleur moment de ma vie car c’était la première fois que je me suis retrouvé dans une salle de classe avec des amis et des enseignants. Une expérience vraiment utile surtout quand vous avez reçu tant d’amour, les soins et le soutien de vos amis, les enseignants et tout le monde. Je suis très reconnaissant envers tous mes amis et enseignants du collège Hassen Raffa SSS pour tout ce qu’ils ont fait pour moi. Après mon HSC j’ai été récompensé d’un prix spécial pour avoir été un étudiant spécial qui n’a jamais doublé une classe.

De 2009 à 2011, j’ai suivi un Diplôme en Informatique avec spécialisation en multimédia et la technologie web à l’Université des Mascareignes à Beau Plan, Pamplemousses que j’ai terminé avec succès. J’ai reçu mon diplôme en Juin 2013.

Ensuite, de septembre 2013 à juin 2014, je me suis inscrit à un cours de BSc en Web et multimédia à l’Université des Mascareignes que j’ai terminé avec brio. En octobre 2014, j’ai reçu mon diplôme de la main de notre chancelier Professeur Guillon de l’Université des Mascareignes et Professeur Pauliat de l’Université de Limoges. Ce fut un moment vraiment touchant dans ma vie parce que j’ai reçu un “standing ovation”. Le MGI qui était plein à craquer avec les étudiants, les professeurs et parents tous se sont mis debout en respect et m’ont honoré avec un tonnerre d’applaudissements.\

Durant mes années au collège, on avait cessé le service de transport spécialisé qui pouvait accommoder mon fauteuil roulant pour que je puisse me rendre au collège. Mes parents et moi nous étions bouleversés. J’ai du rester à la maison alors que mon père cherchait l’aide du ministère de l’éducation et de la sécurité sociale. Par la suite, heureusement nous avons réussi dans notre démarche et j’ai pu de nouveau aller au collège grâce à ce transport. C’était la même chose également à l’Université des Mascareignes. Et là aussi j’ai pu avoir le transport approprié.

L’autre difficulté que j’ai eue à face était la mentalité d’un haut cadre du centre qui avait convié mes parents juste pour leur poser une question: quel sera mon avenir d’ici 2 ans? C’était avant que je rencontre M. Bundoo. Cela nous démontra cette mentalité certaines personnes qui pensent que nous n’avons pas d’avenir simplement parce que nous avons un handicap. Par la grâce de Dieu, exactement après 2 ans, je me suis retrouvé au collège Hassan Raffa de Bois Pignolet, Terre Rouge.

Le combat

Autre que le succès académique, je suis aussi engagé dans le combat en faveur des personnes en situation d’handicap à Maurice. Je suis le leader du groupe Leonard Cheshire Disability Young Voices of Mauritius qui regroupe environ 20 membres en situation d’handicap et nous militons pour que nos droits soient respectés par les autorités et tout le monde et ainsi nous demandons aux autorités de travailler pour le bien-être des personnes en situation d’handicap à Maurice. Je suis aussi un parmi les 500 Global Youth Ambassador pour ‘A World At School’ qui a pour but de faire la promotion de l’éducation en faveurs des 59 million d’enfants dans le monde qui ne reçoivent plus d’éducation a cause des conflits. Autre organisation où je suis membre est le Global Partnership on Children with Disabilities (GPCWD) de l’UNICEF et finalement au niveau local je suis un membre du comité de National Council for the Rehabilitation of Disabled Persons (NCRD) du ministère de la sécurité sociale et Goodwill Ambassador pour l’organisation Global Rainbow Foundation. A travers ces organisations dont je suis membre, j’ai eu l’occasion de participer à des conférences à Lusaka, Nairobi et New York où j’ai appris comment mieux faire entendre sa voix pour la sensibilisation du gouvernement et de la population sur le handicap physique.  Ainsi, mes travaux de sensibilisation sur le handicap et ma vie qui inspire des milliers de gens dans le monde m’a valu une haute distinction, le Queen’s Young Leader de la première édition 2015 du Queen’s Young Leaders Award. J’ai reçu une médaille de la main de Sa Majesté Reine Elizabeth II au Palais de Buckingham à Londres. A cette même occasion, j’ai eu l’occasion de rencontrer, converser avec, prendre en photo et autographe de nul autre que David Beckham. Mes amis et moi, dont nous étions une soixantaine des pays du Commonwealth, nous avons visité plusieurs organisations à Londres telles que BBC World Service, Twitter, Standard Chartered Bank, BT Tower, London Eye, entre autres avec aussi un petit déjeuner en tête à tête avec le Premier Ministre David Cameron à son bureau à 10 Downing Street. Leonard Cheshire Disability de son coté a voulu célébrer cet évènement car c’est la première fois aussi que les membres de Young Voices dont l’organisation est responsable de gérer ont reçu cette distinction. De ce fait, moi et deux autres amis de l’Inde et de Guyane nous étions invite au House of Lords à un diner spéciale.

Mais ce qui est malheureux, à mon retour à Maurice, le gouvernement n’a pas reconnu cette haute distinction et n’a rien fait en ce sens pour marquer cette honneur au pays. Mes autres amis du Commonwealth qui étaient aussi récompensés à Londres tout comme moi ont eux eu droit à un accueil chaleureux de la part de leurs gouvernements respectifs. A noter qu’à Londres je représentais la communauté des personnes en situation d’handicap à Maurice et toute la nation mauricienne ainsi que les anglais m’ont profondément soutenu et étaient heureux qu’une personne sur fauteuil roulant ait pu remporter ce prix. Je souhaite vivement qu’un prochain recipiendire mauricien ne connaisse pas le même sort !

Si le gouvernement m’a oublié, par contre, j’ai reçu un prix par le Junior Chamber International (JCI) Mauritius  comme ‘The Outstanding Young Person 2015’. Je déplore que je n’aie pu trouver un  emploi depuis un an que j’ai eu mon diplôme en poche.

En tant qu’activiste et défenseur pour les droits des personnes en situation d’handicap à Maurice je fais un vibrant appel au gouvernement de travailler sur l’éducation inclusive, l’accessibilité et l’emploi de ces personnes. A Maurice, c’est aberrant de constater que les enfants en situation d’handicap n’arrivent pas à intégrer les écoles primaires comme tous autres enfants. Cela parce qu’il n’y a pas assez d’enseignants formés et former en langue des signes ou de braille pour travailler avec eux. C’est idem au secondaire et tertiaire. De ce fait, nos amis qui souffrent d’un handicap auditif, physique, qui sont muets ou malvoyants n’arrivent pas à recevoir une éducation. L’éducation c’est la base même du développement humain. Le gouvernement doit impérativement travailler en ce sens.

L’autre barrière que nous faisons face est l’inaccessibilité. C’est dommage de voir que notre pays qui veut devenir Smart Island n’est même pas équipé avec des moyens de transport accessibles à ceux sur fauteuil roulant. Cela nous empêche de postuler pour un emploi et nous sommes forcés à rester à la maison, donc pas de vie sociale.

Cela dit, nous saluons la décision du ministre du transport Nando Bodha qui veut révolutionner le système de transport avec l’introduction des « low floor buses » qui faciliteront amplement la mobilité des usagers en fauteuil roulant. Et enfin l’emploi reste inaccessible car les compagnies sont réticentes à recruter les personnes en situation d’handicap pour un emploi. Il existe encore cette discrimination à l’égard des personnes en situation handicap car tous employeurs ne veulent pas aménager leurs bureaux pour les rendre plus accessible aux personnes autrement capables. Pire encore, les autorités publiques eux-mêmes ne recrutent pas assez de personnes en situation d’handicap. Ils doivent donner l’exemple.

Pour conclure, je remercie l’ONG Greenlife et le groupe Handicap Universel pour m’avoir donné l’occasion de me faire découvrir par les Mauriciens et à attirer l’attention de tous sur les contraintes de la communauté des personnes souffrant d’un handicap. Je remercie la presse mauricienne, surtout Iqra News qui m’a donné l’honneur de figurer sur la couverture de sa toute première édition.

Un remerciement spéciale à mes parents, ma sœur Nawsheen, mes professeurs et lecturers, mes amis, le personnel non-enseignant au collège et à l’Université des Mascareignes, mes amis des différents groupes dont je suis membre, la population mauricienne et tout le monde dans son ensemble qui m’ont toujours encouragé d’aller de l’avant et de ne jamais baisser les bras.

 

admin
Ki-News.com is a news portal that aims to provide a fair reporting of events and balanced views. Our philosophy is to promote shared values like equality, justice and good governance.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Most Popular

Recent Comments